mercredi 6 septembre 2017

LES «TROUBLES PSYCHOLOGIQUES» DES MUSULMANS ET RADICALISÉS

LES
«TROUBLES PSYCHOLOGIQUES» DES
MUSULMANS ET RADICALISÉS
.
.
.
.
1
Un tiers des radicalisés «présentent des troubles psychologiques»
2
Quelques exemples de «troubles psychologiques» chez des musulmans dits «normaux» déclarés «déséquilibrés»
3
Les profils de 265 djihadistes français tués en Irak et en Syrie
4
Quelques profils psychologiques de terroristes
5
L'Islam analysé par un psychiatre
6
L'Islam une secte ?
7
L'Islam et les conséquences de la consanguinité chez les musulmans
.
.
.
UN TIERS DES RADICALISÉS «PRÉSENTENT DES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES»
22 AOÛT 2017 LE FIGARO /
.
Dans le FSPRT, le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation, «nous considérons qu'à peu près un tiers (des personnes) présentent des troubles psychologiques», a déclaré aujourd'hui le MINISTRE FRANÇAIS DE L'INTÉRIEUR, GÉRARD COLLOMB, sur RMC/BFMTV.
.
Environ 17.400 personnes sont recensées dans le FSPRT, créé en 2015, selon un rapport sénatorial publié au printemps. Après qu'un homme a foncé le 14 août dans une pizzeria avec sa voiture, tuant une adolescente et faisant 12 blessés, GÉRARD COLLOMB avait déclaré vouloir mobiliser les hôpitaux psychiatriques et les psychiatres «pour identifier les profils qui peuvent passer à l'acte».
.
«Il est clair que le secret médical, c'est quelque chose de sacré. Mais en même temps, il faut trouver le moyen qu'un certain nombre d'individus, qui effectivement souffrent de troubles graves, ne puissent pas commettre des attentats», a insisté de nouveau le MINISTRE DE L'INTÉRIEUR. Il a notamment cité le cas de L'HOMME QUI A TUÉ HIER UNE PERSONNE ET EN A BLESSÉ UNE AUTRE À MARSEILLE en fonçant sur deux abribus à bord d'une camionnette. «Il sortait de clinique psychiatrique. Il avait des antécédents de prison et il assassine une personne. Il faut réfléchir sur ce genre de prisme. Ce n'est pas du terrorisme (...) mais on a de l'imitation, a-t-il insisté. Un certain nombre d'esprits faibles peuvent se laisser entraîner à des actes de mimétisme».
.
.
.
QUELQUES EXEMPLES DE «TROUBLES PSYCHOLOGIQUES» CHEZ DES MUSULMANS DITS «NORMAUX» DÉCLARÉS «DÉSÉQUILIBRÉS»
15/09: (CHALON-SUR-SAÔNE) Deux personnes ont été blessées à coups de marteau. Des témoins ont entendu l'agresseur crier «Allah Akbar», selon une source proche de l'enquête, qui privilégie la piste de l'acte d'un déséquilibré (source)
15/09: (PARIS Châtelet) un marocain sous traitement médicamenteux armé d’un couteau a attaqué un militaire de l’opération Sentinelle «Allahou Akbar, vous êtes des mécréants» (source)
13/09: (TOULOUSE) : des passants agressés par un homme qui a effectué un séjour en hôpital psychiatrique d’où il serait ressorti en avril dernier aux cris de «Allah Akbar», 7 blessés dont 3 policiers (source)
01/09: (78) Un «déséquilibré» agresse un policier en criant «Allahou akbar» (source)
29/08: (78) Un «déséquilibré» blesse un policier dans la rue + crie «Allahou akbar» (source)
28/08: (63) Issoire: un «déséquilibré» armé fonce sur l’entrée d’un site militaire (source)
22/08: (94) «Je vais faire comme Daech au Bataclan et comme les Kouachi» (source)
21/08: (75) Il fonce sur la police, crie «Allah Akbar» en écoutant des sourates (source)
21/08: (13) Idriss.HAMADENE, «déséquilibré» fonce dans 2 abribus, une femme meurt (source)
06/08: (75) T-Eiffel: Un Africain voulait tuer un militaire au cri d’«Allah Akbar» (source)
02/08: (59) Il hurle «Allah Akbar» et mentionne qu’il va tuer tous les Français (source)
02/08: (54) Ils lancent un pétard sur une policière en hurlant «Allah Akbar» (source)
28/07: (38) Il menace de tuer pour venger les frères Kouachi au nom d’Allah (source)
26/07: (69) Muni d’un Coran+couteau, il attaque la police au cri d’«Allah Akbar» (
source)
02/07: (94) Il crie «Allah Akbar» dans un parc et traite les policiers de mécréants (source)
11/06: (68) Un homme hurle «Allah akbar» + menace des passants avec un couteau (source)
.
.
.
L'ISLAM UNE RELIGION QUI REND FOU ?
.
.
LES PROFILS DE 265 DJIHADISTES FRANÇAIS TUÉS EN IRAK ET EN SYRIE
1er SEPTEMBRE 2017 LCI /
.
Dans une note confidentielle que LCI a consultée, l’UNITÉ DE COORDINATION DE LA LUTTE ANTITERRORISTE (UCLAT) dresse les caractéristiques communes à 265 djihadistes français morts après avoir rejoint les rangs de DAECH.
.
Une moyenne d’âge de 28 ans, défavorablement connus des services de police pour des délits de droit commun, corrélation entre les foyers de radicalisation et les espaces d’inégalité sociales… Une note d’étude confidentielle de l’UNITÉ DE COORDINATION DE LA LUTTE ANTITERRORISTE (UCLAT), diffusée cet été à tous les préfets, et que LCI a pu consulter, dresse le portrait des djihadistes français morts après avoir rejoint les rangs de DAECH en IRAK ou en SYRIE. Un document qui s’appuie sur un total de 265 Français (257 hommes et 8 femmes) que les services de renseignements pensent être morts sur zone.
.
Premier enseignement, la moyenne d’âge au moment du décès est de 28 ans. Les deux plus vieux sont la mère des deux djihadistes FABIEN et JEAN-MICHEL CLAIN, morte à l’âge de 62 ans d’une maladie du foie, et SAÏD ARIF, tué au cours d’une frappe américaine à l’âge de 60 ans. Les plus jeunes, une fratrie originaire de TOULOUSE, ont été tué lors d’un combat en 2015 à l’âge de 12 et 14 ans.
.
56% HABITAIENT UN QUARTIER DIT PRIORITAIRE
.
Par ailleurs, selon les analystes de l’UCLAT, dont le travail est d’assurer la coordination des services antiterroristes, 52% des djihadistes français décédés sur zone sont descendants d’immigrés et 24% sont nés en FRANCE métropolitaine de parents sans lien avec l’immigration.
.
Enfin, près d’un sur deux (48%) étaient défavorablement connus des services de police et/ou de gendarmerie pour des actes de délinquance. Autre chiffre révélateur, un lien entre pauvreté et foyer de radicalisation est dressé puisque 56% des combattants habitaient avant leur départ dans un «quartier dit prioritaire». L’UCLAT note à ce sujet une «corrélation certaine entre cumul des inégalités sociales, économiques et scolaires, et foyers de radicalisation».
.
DIFFICULTÉS SOCIALES
.
S’il n’existe pas de profil-type du djihadiste, des constantes reviennent régulièrement dans le parcours des combattants français morts dans les rangs de DAECH : population jeune, dont l’origine est souvent immigrée, issue de la petite délinquance et majoritairement domiciliée dans les quartiers pauvres des grandes villes.
.
Les services de renseignement notent par ailleurs que les individus radicalisés et inscrits au FICHIER DES SIGNALEMENTS POUR LA PRÉVENTION DE LA RADICALISATION À CARACTÈRE TERRORISTE (FSPRT) rencontrent et cumulent parfois des difficultés : échec scolaire, résidence en HLM ou dans un quartier dit prioritaire, famille monoparentale, en rupture avec la famille, chômage prolongé… Cette note a été transmise aux préfets de tous les départements, en charge notamment d’animer les cellules de suivi de la radicalisation et d’accompagnement des familles.
.
.
.
QUELQUES PROFILS PSYCHOLOGIQUES DE TERRORISTES
.
MOHAMED LAHOUAIEJ BOUHLEL ATTENTAT NICE 14 JUILLET 2016
Tunisien de 31 ans ayant bénéficié d’un titre de séjour de 10 ans en 2009, époque où le gouvernement SARKOZY décida de porter à 80 000 le nombre de visas annuels pour les tunisiens, sa carte de séjour a été renouvelée jusqu’en 2019.
* CONDAMNÉ POUR VOL, PUIS AGRESSION d’un automobiliste avec une planche cloutée en janvier 2016 (6 mois avec sursis), il a pu rester sur le territoire à cause de la fin de l’automaticité de la «double peine» décidée par SARKOZY en 2003, permettant aux délinquants étrangers condamnés de rester en FRANCE.
* PROSTITUÉ Le tueur de NICE était bisexuel et aurait eu un amant de 73 ans DIRECTMATIN
* BOIT, SE DROGUE, URINE ET FAIT «CACA» DANS SON APPARTEMENT décrit comme un homme porté sur la boisson et volage, capable d’accès de colère et de violence. «Il faisait vraiment des trucs bizarres, glisse KARIM. Il urinait et déféquait dans son appartement. Une fois, il a aussi frappé sa belle-mère.»...il buvait de l’alcool, il se droguait LIBERATION
.
.
.
SALAH ABDESLAM ATTENTAT 13 NOVEMBRE 2015 BATACLAN PARI

Français né à BRUXELLES en 1989 a grandi et vécu à MOLENBEEK FUMAIT DU SHIT Le soir des attaques qui ont ensanglanté PARIS, le terroriste, qui avait renoncé à déclencher sa ceinture d'explosifs au STADE DE FRANCE, rejoint une cité de CHÂTILLON, dans les HAUTS-DE-SEINE, apprend-on dans les colonnes de l'OBS. Vers une heure du matin, il se présente au neuvième étage d'un immeuble de la cité Vauban, réputée pour être un haut lieu du trafic de drogue. VALEURS ACTUELLES

* ASSIDU DES BOÎTES ÉCHANGISTES ET GAY de la nuit bruxelloise. LIBERATION
* PROSTITUÉ Un barman raconte dans les colonnes de LA LIBRE et du SUNDAY TIMES que le supposé terroriste avait l'habitude de fréquenter des bars gays de BRUXELLES. «Nous pensions que c'était un jeune prostitué». CLOSER
* PRISON AVEC SURSIS POUR VOL AVEC EFFRACTION Fin 2010, il est envoyé en détention préventive pour vol avec effraction, avant d'être condamné à une peine d'un an de prison avec sursis en février 2011. FRANCETVINFO
.
.
.
OMAR ISMAEL MOSTEFAI ATTENTAT 13 NOVEMBRE 2015 BATACLAN PARIS
Français né à COURCOURONNES (ESSONNE)
* Coups de feu et agressions au couteau se succèdent en 2000 et 2001. C’est à cette époque qu’ISMAËL OMAR MOSTEFAÏ enchaîne les premières condamnations pour délits mineurs. Huit en tout, de la tentative de vol aux délits routiers, devant le tribunal pour enfants puis au TRIBUNAL CORRECTIONNEL D’EVRY, mais sans jamais passer par la prison.
* FICHÉ S pour radicalisation depuis 2010, sa fiche fut renouvelée un mois avant les attentats de PARIS
C’est la TURQUIE qui a prévenu la FRANCE en septembre 2013, qu’il serait en SYRIE probablement. La police savait qu’il avait coupé les ponts avec son entourage, qu’il priait dans les mosquées TABLIGHI de LUCÉ et CHARTRES. Mais laissé sans surveillance…
.
.
.
SAMY AMIMOUR ATTENTAT 13 NOVEMBRE 2015 BATACLAN PARIS
Né le 15 octobre 1987 à PARIS. conducteur d'autobus de la RATP
* Ce tueur du BATACLAN a été inculpé en 2012 pour un projet de départ au YÉMEN, base arrière bien connue d’AL QAIDA. Son passeport et sa carte d’identité lui sont retirés. Mais il a suffit à un de ses complices de déclarer la perte de ses papiers à sa place, et on lui a réédité des originaux. Aussi, AMIMOUR «devait» pointer au commissariat chaque semaine, chose qu’il ne faisait plus depuis septembre dernier. Ce qui n’a pas interpellé la «vigilance» des policiers chargés de le suivre.
LE FIGARO du 23 novembre dernier notait à son endroit : «c’est le symbole de l’inertie judiciaire et administrative qui confine à la cécité».
.
.
.
IBRAHIM ET KHALID EL BAKRAOUI ATTENTAT 13 NOVEMBRE 2015 BATACLAN PARIS
Belges nés à ZAVENTEM et BRUXELLES
Le 13 avril 2016, l'ETAT ISLAMIQUE a affirmé dans sa revue en anglais DABIQ que les frères EL BAKRAOUI étaient les instigateurs des ATTENTATS DE PARIS le 13 novembre et de BRUXELLES le 22 mars 2016.
* En octobre 2010, IBRAHIM avait été condamné par le TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE BRUXELLES pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov.
* Avec un complice, IBRAHIM commet un braquage chez un agent de change. IBRAHIM reste dans la voiture et fait le guet. Une fois le braquage commis, les trois auteurs repartent en voiture. La police tente de les intercepter mais IBRAHIM EL BAKRAOUI fait feu à plusieurs reprises sur les agents et blesse l’un d’entre eux de trois projectiles. IBRAHIM reconnu coupable est condamné à une peine de 9 ans de prison.
* En février 2011 KHALID EL BAKRAOUI se retrouve devant la justice. Il est condamné à 5 ans de prison sans sursis pour des car-jackings. Lors de son arrestation, il détenait des kalachnikovs avec ses complices. Pourquoi les deux frères sont-ils libres en mars 2016 pour commettre leur massacre ?
.
.
.
LAROSSI ABBALLA ASSASSINE UN COUPLE DE POLICIERS À MAGNANVILLE DANS LES YVELINES 13 JUIN 2016
Français né à MEULAN (YVELINES)
* était connu pour de nombreux faits de droit commun (vol, recel, violences).
* condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis en 2013 pour «association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes» LE MONDE.
* Mis en examen en 2011 par les juges d’instruction antiterroristes MARC TRÉVIDIC et NATHALIE POUX aux côtés de sept autres personnes originaires de la banlieue parisienne, LAROSSI ABBALLA était accusé d’avoir recruté des candidats, de les avoir endoctrinés et de s’être préparé physiquement avec eux pour aller mener le DJIHAD dans la zone tribale entre le PAKISTAN et l’AFGHANISTAN.
Entre le 5 décembre 2010 et le 26 février 2011 les huit hommes s’étaient retrouvés régulièrement en fin de semaine pour s’entraîner physiquement dans les parcs de LA COURNEUVE (SEINE-SAINT-DENIS) et d’ARGENTEUIL (VAL-D’OISE).
.
.
.
ABDELHAMID ABAOUD ATTENTAT 13 NOVEMBRE 2015 BATACLAN PARIS
Belgo-marocain né à ANDERLECHT (Belgique)
«C’était un petit con», harcelant ses condisciples et ses professeurs ou volant des portefeuilles, avait raconté un ex-camarade de classe à la DH.
«ABOU OMAR AL-BALJIKI» avait déjà fait la une des journaux belges début 2014 après avoir emmené en SYRIE son petit frère YOUNÈS, 13 ans, surnommé «le plus jeune jihadiste du monde» par certains médias.
* Condamné en BELGIQUE par défaut à 20 ans de réclusion, ABAAOUD avait rejoint la SYRIE en 2014. Il est arrivé en FRANCE en échappant au radar des renseignements européens.
Il aurait rejoint d’autres combattants belges, rassemblés dans une brigade d’élite de l’EI. Il était apparu, fine barbe et bonnet de style afghan sur la tête, dans une vidéo de l’EI où il se vantait de commettre des atrocités, s’adressant goguenard à la caméra au volant d’un véhicule qui tire des cadavres mutilés vers une fosse commune. «Avant, on tractait des jet-skis, des quads, des grosses remorques remplies de cadeaux, de bagages pour aller en vacances au MAROC. Maintenant, on tracte les infidèles, ceux qui nous combattent, ceux qui combattent l’ISLAM», se vantait-il, sourire aux lèvres, dans un mélange de français et d’arabe.
Dès 2014 il est repéré dans un vol COLOGNE-ISTANBUL, les policiers le soupçonnent d’aller faire le DJIHAD. En janvier 2015, il échappe au démantèlement de la cellule terroriste de VERVIERS, la police belge est certaine qu’il en fait partie. Il a traversé les frontières européennes depuis la SYRIE, en passant par ATHÈNES où son portable est géolocalisé, pour revenir tranquillement dans sa ville natale de MOLENBEEK. A cause du refus idéologique de contrôler les frontières par les gouvernements eurofédéralistes, il peut aller à PARIS et en revenir après avoir tué des dizaines de parisiens, victime du sans-frontiérisme.
.
.
.
JAWAD BENDAOUD ATTENTAT 13 NOVEMBRE PARIS STADE DE FRANCE
Franco-Marocain
«Il est à la fois bête, violent et dangereux», explique-t-on à la mairie de SAINT-DENIS
«Sa vie, c'était sexe'n shit», dit un de ses amis.
* Condamné en 2008 à huit ans de prison pour avoir tué au hachoir un adolescent de 16 ans, il sort déjà en septembre 2013 pour reprendre son activité de caïd.
* A part ses années de prison pour coups mortels entre 2008 et 2013, il cumule 13 condamnations depuis 2010 : stupéfiants, détention d'armes aggravée en réunion, faux et usage de faux, conduite en état d'ivresse et sous l'emprise de stupéfiants, violences conjugales, violences aggravées en réunion.
* Condamné à six mois d'emprisonnement le 1er mars 2014 pour violence aggravée avec armes à SAINT DENIS.
* Condamné en avril 2014 alors en détention, il est condamné pour détention de stupéfiants, appel anonyme, faux, et recel.
* Condamné Le 25 janvier 2015 à 10 mois d'emprisonnement pour dégradation aggravée en réunion et détention d'armes aggravée en réunion à AUBERVILLIERS.
* Condamné en août 2015 pour violences conjugales à une mesure alternative
.
.
.
AMEDY COULIBALY
13 JUIN 2016 LE POINT
.
Expertisé en 2002 après le braquage d'une banque, alors qu'il n'était encore qu'un gamin. Les experts avaient décelé chez lui une pauvreté de ses capacités d'introspection, un «sens moral très déficient» et des traits de personnalité «immatures et psychopathiques». AMEDY COULIBALY s'inscrit, au travers de ses actes, dans «la recherche de puissance», écrivaient-ils.
.
.
.
KENJI
13 JUIN 2016 LE POINT
.
Un gaillard de deux mètres d'origine antillaise, a ainsi été condamné de nombreuses fois pour des délits de droit commun, avant de rencontrer les BEGHAL, KOUACHI et COULIBALY et d'être incarcéré à son tour pour des faits de terrorisme. Détenu violent et déséquilibré, il avait refusé, en 2010, de se confier au psychologue sur les souvenirs de sa jeunesse. 
.
«[Enfant], on aurait pu déceler en moi un futur serial killer. Je pensais toujours à tuer les gens. Je me demandais ce que ça ferait, ce qu'on ressentait» «Je suis né dans le sang, je vais mourir dans le sang», avait-il ajouté. 
.
Verdict de l'expertise : «Un comportement transgressif du sujet, se caractérisant par une personnalité psychopathique en rapport à une carence de l'étayage dans le milieu familial» KENJI n'est jamais sorti de prison.
.
.
.
ABDEL
«CETTE CHOSE QUI EST EN MOI DÉTESTE LA RELIGION»
.
13 JUIN 2013 LE POINT
.
ABDEL est mis en cause dans une affaire de terrorisme. Ce djihadiste de 35 ans originaire du sud de la FRANCE affirme être possédé par un «djinn».
.
«En fait, j'ai une sorte de double personnalité. Sauf que quand le djinn prend possession de mon corps, je le sens. J'arrive à le contrôler, mais pas complètement. Parfois, il me fait parler une langue qui ressemble à une langue africaine. Des spécialistes religieux m'ont dit qu'il s'agissait de la langue des djinns» Lorsqu'ABDEL, 35 ans, originaire du sud de la FRANCE, commence à raconter le mal qui l'atteint, les policiers qui l'interrogent en restent sans voix. L'homme qu'ils ont devant eux est-il complètement fou ou joue-t-il la comédie ? Mis en cause dans une affaire de terrorisme...
.
.
.
BRAHIM ABESLAM
22 JUIN 2016 LE POINT
.
BRAHIM ABDESLAM a pris un rendez-vous, auquel il ne se rendra jamais, en octobre 2015 pour une séance de «hijama». Il s'agirait d'une forme d'exorcisme visant à lutter contre «le mauvais oeil» et la sorcellerie.
.
.
.
L'ISLAM ANALYSÉ PAR UN PSYCHIATRE
.
L’ISLAM FABRIQUE DE DÉSÉQUILIBRÉS ? DE WAFA SULTAN PSYCHIATRE
WAFA SULTAN, en utilisant de très nombreux exemples, tirés de l’histoire ou de sa vie quotidienne, montre comment les musulmans, par le conditionnement qu’ils ont reçu depuis la plus tendre enfance, et cela depuis 1400 ans fonctionnent par réflexes pavloviens. En effet, mus par la peur d’être tués par les non musulmans, mus par la peur de déplaire à Allah, mus par la peur de ne pas aller au paradis les «vrais» musulmans sont empêchés par leur inconscient d’éprouver de la compassion pour la femme battue, pour la victime non musulmane, ils sont empêchés de remettre en cause, de créer et donc empêchés de faire des découvertes scientifiques… On découvre peu à peu, sous la plume du PSYCHIATRE WAFA SULTAN, une vision de l’ISLAM inhabituelle.
https://lh3.googleusercontent.com/_F2XEBjSsRYsV5cCSESAOAUG54j3zXwPj-yc12ql1aeGrt2ATOtnkiTu9XARZVKeBwb0bejJTaEkgNGNKqMggjjd6otSkf6CZeejbj5uWWAKC9-yRnxllNgPkpn76ma20KA3KgQj_3bqK8L7P3kK0dkVbkAaT87AkBofaM185OUxeUeG2Qr6Tn_NEHG6ZCjlkBENQtT3moJsOXOWwcO1BCsgHYUeUBvlmPg3VbyBsVPtwtviDF_mXgYmWOMOVSpPO0TuDa1XRPRt1abOxq_8EEmymO6vA6RizgA3Y47y8iPaCMb9rh9OT28j93rW7YYfDVRMGfH9SoP-BMYpuCN7TawuJL372bsGQ53B9ocl8TtKrNbNwMbOwaQlkl8i1sTSO7BTAW4Da-PnK__YLZACgGIckXg7_lOVVbS5eB_N5A5BLpoIg5JaGNt-jwDmYS53bkfqYL43XbFUyO7f5vqayW5tYgr2WzM4QaYrZrL5xrUK9zo-QTfSVfSBnCmbik3Roz1f1qOapoLS7MZHRZQMOYwQOqRn76Y-YjsXbfZkqLT8HUa1t9UhMg0iNjsApQn72Fx8izitY1raB__IIbdTfjutV2a-f7BZuEFpbHiQXiVAOGJYS6z-iown_VgTAAJcNyD00eJCOEFk7TkbltL-LceKg47vI-JZs8bnG-koP8um-b0=w195-h285-no
Chacun connaît les versets de violence, l’histoire de MAHOMET le beau modèle, mais peu de personnes, à ce jour, avaient mis à jour les ressorts de l’âme islamique.
.
.
.
L'ISLAM UNE SECTE ?
.
ASPECTS SECTAIRES DE L'ISLAM
.
AUX TERMES DES CRITÈRES ÉTABLIS PAR LA «MILIVUDES» (MISSION INTERMINISTÉRIELLE DE VIGILANCE ET DE LUTTE CONTRE LES DÉRIVES SECTAIRES), EN FRANCE, ON PEUT DÉFINIR UNE SECTE PAR LES CARACTÈRES CI-DESSOUS.
.
Sur la base de critères précisés par plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires a été élaboré un faisceau d’indices permettant de caractériser l’existence d’un risque de dérive sectaire :
.
(EN MAJUSCULE CE QUI CORRESPOND À L’ISLAM) :
.
LA DÉSTABILISATION MENTALE
le caractère exorbitant des exigences financières,
LA RUPTURE AVEC L’ENVIRONNEMENT D’ORIGINE,
L’EXISTENCE D’ATTEINTES À L’INTÉGRITÉ PHYSIQUE,
L’EMBRIGADEMENT DES ENFANTS,
LE DISCOURS ANTISOCIAL,
LES TROUBLES À L’ORDRE PUBLIC,
L’IMPORTANCE DES DÉMÊLÉS JUDICIAIRES,
L’ÉVENTUEL DÉTOURNEMENT DES CIRCUITS ÉCONOMIQUES TRADITIONNELS,
LES TENTATIVES D’INFILTRATION DES POUVOIRS PUBLICS.
.
On constate qu’un certain nombre de ces critères concernent bien l’idéologie musulmane :
.
La déstabilisation mentale dès l’âge d’apprendre en instillant l’enseignement de concepts aliénants éloignant l’élève de toute rationalité et de toute liberté de critique ou jugement et induisant un total désengagement de l’intelligence naturelle.
.
Les exigences financières n’ont pas forcément un caractère exorbitant mais sont obligatoires. La zakkat est l’aumône légale obligatoire due à l’imam (environ 2,57% des revenus annuels). Elle est destinée à des causes officiellement louables, mais cela reste confidentiel. Elle est dissociée de l’impôt sur le revenu.
.
La rupture avec l’environnement d’origine peut avoir lieu dans les pays musulmans en isolant l’enfant dans des écoles coraniques ou madrasas fermées où l’enseignement est fait sous la menace de châtiments corporels, parfois enchaîné. En terre non musulmane, les musulmans se regroupent entre eux, en ghettos, interdisant aux jeunes d’avoir des contacts avec des non musulmans durant leur période d’incubation.
.
L’existence d’atteintes à l’intégrité physique est une menace constante dans l’ISLAM en regard des lois qu’il impose. Châtiments corporels, fouet, bâton, amputation, mise à mort par lapidation pendaison ou décapitation.
.
L’embrigadement des enfants est un fait. L’enseignement du CORAN obligatoire appris par cœur à des enfants dès l’âge de 4 ans sans savoir lire ni sans comprendre le sens de ce qu’ils apprennent. Sans préjudice de l’exaltation précoce à la haine et à la violence contre une part de l’humanité. Par la suite, des enfants sont envoyés se faire exploser sur des objectifs civils.
.
Le discours antisocial est la règle dans tous les pays où l’ISLAM n’est pas la religion légale obligatoire. Par principe, l’ISLAM rejette toutes les lois non islamiques.
Les mosquées sont des lieux de prière, certes, mais aussi des forums de réunions et de propagande contre les ennemis de l’ISLAM (tout le monde) où les imams prêchent parfois la haine et l’incitation à l’incivilité, à la violence, aux débordements publics, à la révolte et à la guerre civile.
Pour certains, les mosquées sont aussi des casernes, des lieux de formation militaire et de stockage d’armes, de munitions et d’explosifs.
.
Les troubles à l’ordre public dans tous les pays où l’ISLAM n’est pas la religion officielle sont systématiques et bien connus, dans le cadre de la propagande, du prosélytisme et de la lutte verbale contre l’autorité non musulmane rejetée, en attendant la phase violente qui est le prélude au DJIHÂD, la guerre sainte de conquête des terres non encore islamisées.
.
Les démêlés judiciaires sont innombrables et leurs conséquences connues de tous. 65% des populations carcérales en FRANCE sont des musulmans, alors que les musulmans représentent moins de 6% de la population nationale.
.
Les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics. Elles sont innombrables et c’est par là que l’ISLAM préfère avancer plutôt que par la base des populations. Aujourd’hui, ils sont partout, gouvernement, parlement, administration, entreprises publiques, SERVICES PUBLICS (Paris : RATP), ENSEIGNEMENT, SANTÉ, justice, ARMÉE, ARMÉE, etc…
.
LAURENT DROIT
.
* Enfin, un point important est que dans les sectes, contrairement aux religions, il est impossible de quitter la secte, ce qui est le cas de l’ISLAM puisque le crime d’apostasie (abandon public de la religion) peut être puni de la peine de mort par lapidation.
.
.
.
L'ISLAM ET LES CONSÉQUENCES DE LA CONSANGUINITÉ
.
LA CONSANGUINITÉ CHEZ LES MUSULMANS
CONSANGUINITÉ MASSIVE CHEZ LES MUSULMANS
CONSANGUINITÉ DES MUSULMANS ET FAIBLE Q.I.
.
23 JUILLET 2017 LEPEUPLE.BE / BOURSORAMA / POSTEDEVEILLE.CA /
.
C’EST UN SUJET ABSOLUMENT TABOU EN OCCIDENT, MAIS IL EST TEMPS D’EN PARLER. LES MARIAGES CONSANGUINS ENTRE COUSINS GERMAINS DANS LES POPULATIONS MUSULMANES REPRÉSENTENT UNE TRÈS FORTE PROPORTION DES UNIONS : DE 25 À 80 % SELON LES PAYS ET LES RÉGIONS. LES ENFANTS ISSUS DE CES MARIAGES SE MARIENT DANS LES MÊMES PROPORTIONS AVEC DES COUSINS GERMAINS ET CE, DEPUIS LE VII° SIÈCLE DE NOTRE ÈRE.
.
Le résultat est désastreux, mais alors que dans le monde musulman, ce sujet est discuté par les médecins et les avertissements sont clairement émis pour tenter d’enrayer ce phénomène ; à l’OUEST, en EUROPE, il est totalement interdit d’en parler. Le sujet de la consanguinité des populations musulmanes est tabou, tout comme le fait de se poser des questions sur l’impact sociétal de ces pratiques mi-religieuses, mi-sociétales.
.
Le prophète MAHOMET a lui-même épousé une de ses cousines et selon le CORAN, Allah permet les relations sexuelles entre cousins (CORAN 4:23-24). La SHARIA, la loi islamique, insiste sur cette manière de contrôler les membres de la famille, particulièrement les filles en les mariant dans le cadre familial. C’est une question d'«honneur» et de «respect» de la famille.
.
Au fil des siècles, les effets de ces mariages consanguins pèsent très lourdement sur la société. Selon LISE EGHOLM, directrice d’école depuis de nombreuses années dans le quartier musulman de NØRREBRO à COPENHAGEN (DANEMARK), il faut dénoncer cette pratique des mariages entre cousins chez les musulmans et le silence qui entoure ce problème : au DANEMARK, les migrants non-européens sont 300 fois plus susceptibles d’échouer aux tests d’intelligence (QI) de l’armée danoise que les Danois de souche.
.
En matière de production d’études scientifiques, le monde islamique ne publie qu’un dixième de la moyenne mondiale. La priorité donnée à la religion sur la connaissance est une des raisons pour lesquelles – le chiffre est impressionnant – moins de livres ont été traduits en arabe sur le dernier millénaire que de livres sont traduits en espagnol chaque année.
.
L’arriération mentale (Quotient Intellectual de moins de 69) chez les enfants issus de mariages consanguins est 5 fois plus importante. En moyenne, le QI est de 10 à 15 points inférieur. L’empathie et autres qualités sociales sont moins développées. En sus du problème de QI relativement faible, le risque de maladies d’ordre génétique est nettement plus élevé. C’est la cause de handicaps, de maladies et d’une espérance de vie réduite.
.
Les statistiques officielles et les recherches sur les pays arabes montrent une consanguinité qui atteint 70% au PAKISTAN, 67% en ARABIE SAOUDITE, 64% en JORDANIE, au KOWEIT et dans les PAYS DU GOLFE, 40% en LIBYE, 39% en TUNISIE, 33% en EGYPTE, ou 25 à 30% en TURQUIE (REPRODUCTIVE HEALTH JOURNAL, 2009 CONSANGUINITY AND REPRODUCTIVE HEALTH AMONG ARABS.)
.
En EUROPE, l’EGLISE CATHOLIQUE a très tôt pris conscience du problème : les mariages consanguins entre cousins germains sont interdits, sauf dispense par l’EGLISE.
.
Par contre, en FRANCE comme en BELGIQUE, les mariages civils entre cousins germains sont autorisés sans problème. On ne peut donc reprocher à une communauté donnée de pratiquer ce type de mariage. Mais en BELGIQUE, les mariages entre cousins germains restent heureusement rares dans la population «de souche». En 1959, c’était moins d’1 % (c’est dû à l’influence de l’EGLISE CATHOLIQUE). Il n’en est pas de même dans les populations musulmanes de BELGIQUE et dans le monde musulman en général, et cela depuis très longtemps.
.
.
Il existe une multitude d’autres études scientifiques, universitaires, médicales qui corroborent ces conclusions. L’impact principal de la consanguinité est le maintien des désordres génétiques récessifs dans la population concernée (en plus des problèmes génétiques dominants). Cette étude de médecins arabes se basant sur le «CATALOGUE DES TRANSMISSIONS GÉNÉTIQUES CHEZ LES ARABES» (CTGA) conclut à l’abondance relative des désordres récessifs au MOYEN-ORIENT, clairement associée à la pratique de la consanguinité.
.
.
.
En fait, chez nous, pour éviter les dangers de la consanguinité et les désordres familiaux, la loi interdit le mariage entre personnes qui ont un lien de parenté ou d’alliance trop proche.
.
AINSI, LE MARIAGE EST TOUJOURS PROHIBÉ ENTRE :
.
Parents en ligne directe : un père ne peut pas se marier avec sa fille, une grand-mère ne peut pas se marier avec son petit-fils, etc. Cela vaut également en cas d’adoption.
.
Parents en ligne collatérale, jusques et y compris le 3e degré. Ainsi, le mariage est interdit entre frère et sœur, entre frères ou entre sœurs, entre l’oncle et la nièce ou le neveu, ou entre la tante et la nièce ou le neveu. Par contre, il n’y a aucun empêchement de mariage entre cousins germains (qui sont parents au 4e degré).
.
Alliés en ligne directe : un beau-père et sa belle-fille, par exemple, ne peuvent pas se marier. Depuis 2001 par contre, belles-sœurs et beaux-frères peuvent se marier entre eux.
.
En ce qui concerne l’Eglise et le droit en BELGIQUE, le CODE DE DROIT CANONIQUE prohibe les mariages entre personnes parentes entre elles en ligne directe (père-fille ; mère-fils) ou en ligne collatérale jusqu’au quatrième degré inclus. Sachant que le nouveau CODE DE DROIT CANONIQUE suit, comme le DROIT CIVIL français, le DROIT ROMAIN pour le mode de calcul de la consanguinité (en ligne collatérale, on compte toutes les personnes sauf la souche commune), le quatrième degré en ligne collatérale correspond donc aux cousins germains.
.
Un mariage consanguin au troisième degré canonique (neveux ou nièce) ou au quatrième degré canonique (cousins germains) peut être conclu sous réserve d’une dispense émanant d’un évêque (cas assez exceptionnel).
.
Pour la plupart des experts, il est urgent de bannir ces mariages consanguins, quelle que soit la communauté en EUROPE et d’oser affronter la question. Cela créera une société plus équilibrée, évitera de nombreuses souffrances et drames familiaux, ainsi que des coûts pour la SÉCURITÉ SOCIALE.
.
.
.
CONSANGUINITÉ ET TROUBLES MENTAUX
29 AVRIL 2013 CONSULTE.COM /
.
La consanguinité est une relation entre deux personnes qui partagent un ancêtre commun. Elle est habituellement définie comme le résultat d’une reproduction sexuée entre deux individus apparentés. En d’autres termes, les mariages consanguins se réfèrent à des unions contractées entre des individus biologiquement liés. Ces unions sont encore fréquentes et constituent des pratiques très répandues dans certaines régions du monde.
.
LA RÉGION LA PLUS CONCERNÉE S’ÉTEND DE LA RIVE SUD DE LA MER MÉDITERRANÉE À TRAVERS LE MOYEN-ORIENT, LA MÉSOPOTAMIE, LE GOLFE PERSIQUE ET L’INDE SUBCONTINENTALE JUSQU’AU SUD-EST DE L’ASIE.
.
Sur la base des données disponibles, il apparaît que les couples apparentés au second degré ou plus et leur progéniture représentent 10,4 % de la population mondiale actuelle. Leurs conséquences sur la fréquence des maladies à déterminisme génétique sont importantes et notamment en ce qui concerne les maladies autosomales récessives. Les études de jumeaux et d’adoption et les estimations du risque de survenue de troubles mentaux chez les apparentés de sujets atteints dans les études familiales ont confirmé l’existence d’une composante génétique dans la vulnérabilité à de nombreuses affections psychiatriques.
.
Les techniques récentes d’examen du génome entier ou étude d’association pangénomique, en anglais GENOME-WIDE ASSOCIATION STUDY (GWAS), permettent d’identifier de plus en plus de gènes impliqués dans les troubles mentaux majeurs tels que la SCHIZOPHRÉNIE, l’AUTISME et le TROUBLE BIPOLAIRE. Les études d’épidémiologie génétique auprès de populations consanguines et/ou constituant un isolat géographique mettent en évidence une augmentation des taux de mortalité et de morbidité infantiles, de la fréquence des maladies monogéniques récessives et une concentration accrue de maladies communes multifactorielles comme les TROUBLES PSYCHOTIQUES.
.
Elles confirmeraient l’existence d’un lien significatif entre consanguinité et troubles mentaux et l’augmentation du risque au sein de la descendance des couples consanguins. Ces études sur les liens entre consanguinité et TROUBLES PSYCHOTIQUES sont peu nombreuses. Les rares données dont nous disposons semblent pourtant en faveur d’une augmentation de la fréquence de la SCHIZOPHRÉNIE et des TROUBLES BIPOLAIRES dans la descendance de parents consanguins. La découverte récente des variants génétiques rares et leurs implications dans les TROUBLES PSYCHOTIQUES constituent un argument en faveur de l’hypothèse «maladie commune-variants rares». Dans ce cadre, l’étude de familles consanguines pourrait contribuer à tester les liens entre ces variants rares et quelques phénotypes et à établir des descriptions d’associations génotype/phénotype. Le développement de techniques nouvelles en génétique moléculaire devrait favoriser de telles études.
.
L’ensemble de ces aspects mettent en évidence l’importance de l’étude des populations consanguines dans la compréhension du RÔLE DES DÉTERMINANTS GÉNÉTIQUES DANS LES PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES et soulignent l’intérêt du conseil génétique pour ces COMMUNAUTÉS À HAUTS RISQUES DE TROUBLES MENTAUX.
.
Ils peuvent permettre également la mise en place de politiques de prévention et de sensibilisation sur les risques liés aux unions consanguines.
.
.
.